Test Sony Xperia 10 IV : un smartphone compact et endurant

Test Sony Xperia 10 IV : un smartphone compact et endurant

Le Xperia 10 IV conserve dans les grandes lignes le bloc photo du Xperia 10 III. Il est donc muni d’un trio de modules, le premier étant équipé d’un capteur de 12 mégapixels et d’une optique grand-angle (f/1,8). Les deux autres, de 8 mégapixels chacun, sont associés à une optique ultra grand-angle et à un téléobjectif (chacun f/2,2).

Module principal : 12 Mpx, f/1,8, éq. 27 mm

Sony a tendance à pratiquer un traitement logiciel doux, et c’est tout particulièrement le cas ici. Face à un Pixel 5a par exemple, on note un piqué moindre, mais peut-être un peu plus de naturel. Quoi qu’il en soit, une partie des textures disparaît en raison d’un important lissage : les clichés sont agréables, mais les possibilités de recadrage sont limitées.



Google Pixel 6a (f/1,7, éq. 27 mm, ISO 56, 1/121 s)


Sony Xperia 10 IV

L’exercice de la photo de nuit est en revanche bien plus problématique. Les textures sont entièrement lissées, les couleurs sont désaturées, mais l’ensemble de l’image est homogène.



Google Pixel 6a (f/1,7, éq. 27 mm, ISO 1463, 1/17 s)


Sony Xperia 10 IV

Module ultra grand-angle : 8 Mpx, f/2,2, éq. 16 mm

Plutôt classique au rayon de l’ultra grand-angle, le Xperia 10 IV fait appel à un capteur de 8 mégapixels associé à une optique ouvrant à f/2,2. Il semble néanmoins que le matériel ne soit pas suffisamment soutenu par le logiciel, comme l’illustrent nos images. Seul le centre de l’image bénéficie d’une netteté correcte, quand la périphérie est totalement brouillée. Mais même au mieux, l’image est bien trop lissée pour être réellement exploitable.



Oppo Find X5 Lite (8 Mpx, f/2,2, eq.15 mm, ISO 288, 1/100 s)


Le constat s’aggrave de nuit, où la quasi-totalité des détails de notre scène disparaît. En comparaison, le traitement opéré par Oppo manque de justesse, mais il permet de restituer une partie de l’information de l’image.



Oppo Find X5 Lite


Sony Xperia 10 IV (8 Mpx, f/2,2, éq. 16 mm, ISO 1178, 1/8 s)

Module téléobjectif : 8 Mpx, f/2,2, éq. 54 mm

L’un des grands mérites de ce Xperia 10 IV est de proposer une polyvalence en termes de capture d’images relativement rare sur son segment tarifaire. En témoigne son module avec téléobjectif (équivalent 52 mm), autorisant donc un grossissement 2x. De jour, il s’en sort plutôt correctement, malgré un lissage manifeste et un contraste accentué. Mais de nuit, les détails sont hélas écrasés. Précisons tout de même qu’à définition égale, le module téléobjectif fait bien mieux que l’ultra grand-angle.



Sony Xperia 10 IV (1/8 s, ISO 1156)


Sony Xperia 10 IV (1/50 s, ISO 58)

Module frontal, mode portrait et vidéo

Le Xperia 10 IV reprend du Xperia 10 III son capteur frontal de 8 mégapixels associé à une optique grand-angle (f/2). Il produit des clichés assez peu détaillés et peinant parfois à gérer l’exposition de la scène. Un mode portrait lui est associé : attention aux réglages, le smartphone appliquant d’emblée un filtre censé embellir les visages, mais dans les faits, les floutant.

Pour ce qui concerne la vidéo, le smartphone se contente de filmer en 1080p à 30 i/s, là où la plupart de ses compétiteurs proposent de la 4K. C’est d’autant plus regrettable que le Xperia 10 III proposait lui-même de la 4K.

Leave a Comment

Your email address will not be published.